Gardez-vous un bon souvenir de l’école maternelle? Danser, sauter, jouer, chanter… on y apprenait une foule de choses, en s’amusant, sans y penser. Heureusement, car entre 0 et 6 ans, nous découvrons des choses essentielles, qui nous serviront toute notre vie.

Au Laos, les moins de 6 ans n’ont pas toujours l’occasion d’apprendre ce dont ils ont besoin avant d’arriver à l’école primaire. Parce qu’il n’y a pas assez d’écoles maternelles, parce que les écoles maternelles qui existent sont souvent trop éloignées des maisons, parce que les instituteurs et institutrices n'ont pas la formation nécessaire pour développer le potentiel des tout-petits... 

Filles et garçons prêt-e-s pour l’école primaire

Grâce aux supporters de notre Girls Fund, les bambin-e-s de l’école maternelle de Viengkhamnoy se préparent en s’amusant à l’école primaire.

J’aime aller à l’école. Je fais de mon mieux car je veux devenir infirmière, comme ma cousine. Quand je rentre à la maison après l’école, je chante les nouvelles chansons que j’ai apprises à ma maman. Comme ça, elle aussi peut apprendre de nouveaux mots en lao.

King, 5 ans, élève à l’école maternelle de Viengkhamnoy au Laos

Le sourire de King et des autres petites filles et petits garçons de la classe d’Oudom, animateur de 27 ans et Sem, animatrice de 22 ans, font plaisir à voir. Ce binôme formé par Plan International, a incontestablement su gagner le cœur des enfants. 

À l’aide de méthodes pédagogiques ludiques et participatives, ils ont enseigné aux enfants à explorer leurs 5 sens, maîtriser leurs mouvements, se respecter les un-e-s les autres et apprendre la langue nationale, le lao. Ce dernier point est très important car peu de familles parlent le lao à la maison ou le comprennent. Or le lao est la seule langue utilisée dans l’enseignement officiel. C’est donc une clé pour réussir à l’école primaire. En apprenant la langue nationale dès le plus jeune âge, filles et aux garçons augmentent leurs chances de mener une vie épanouie.

Soutenez les filles avec Plan International: rejoignez le Girls Fund!

 

Pouvoir s’épanouir sans a priori

Au Laos, comme dans de nombreux autres pays du monde, il n’est pas rare que garçons et filles soient traités différemment, simplement parce que ce sont des garçons ou des filles, souvent au détriment de ces dernières. 

Les méthodes pédagogiques promues par Plan International s’efforcent de gommer les stéréotypes dès le départ. Nous faisons en sorte qu’il y ait toujours un homme et une femme face à eux. Les enfants peuvent alors voir, par exemple, que les hommes peuvent autant s’occuper des enfants que les femmes.

Contrairement à ce que pensent certains, je suis convaincu que les hommes savent aussi bien prendre soin des jeunes enfants que les femmes.

Oudom, 27 ans, animateur de l'école maternelle soutenue par Plan à Viengkhamnoy

Ces enseignant-e-s ont suivi des formation sur les droits de l'enfant, la pédagogie inclusive, l'égalité entre les sexes... et savent comment réagir face aux stéréotypes et la discrimination.  Dans leurs livres d’images, les enfants voient des filles qui jouent à la poupée et au football, des garçons qui peuvent grimper aux arbres et jouer à la dinette. En s’identifiant à des personnages qui ne grandissent pas dans des cases, les enfants peuvent plus facilement découvrir et développer leur personnalité, sans préjugés. Cette vision du monde est positive pour tout le monde et favorise une société où filles et garçons, hommes et femmes, sont traités à égalité.

Vous pouvez aussi soutenir nos projets pour que filles et garçons aient des chances égales de s'épanouir: soutenez le girls fund

Cet article vous intéresse? Partagez-le!