Quelqu'un se fait insulter, toucher, siffler, menacer... en tant que témoin de la scène, on ne sait pas toujours quoi faire. Partout dans l'espace public, le harcèlement sexuel peut se produire; ne pas savoir comment réagir ou avoir peur de s’attirer des problèmes sont des réactions normales. Voici quelques conseils pour savoir comment agir.

Hésiter? C’est normal

Selon le sondage réalisé par Plan International l'été dernier, interrogeant 600 jeunes sur leur expérience face au harcèlement sexuel dans les festivals, 40% des témoins de harcèlement sexuel ne réagissent pas et passent leur chemin. Choquant? Pas tant que ça. Beaucoup d'entre nous ont déjà vu une personne en détresse, et sans doute constaté que les spectateurs et spectatrices de la scène se contentent de regarder d’un air perplexe. Mais alors, pourquoi personne ne réagit quand quelqu’un se fait agresser ou harceler dans le bus? Ce phénomène porte un nom: l’effet du témoin.

Plus il y a de témoins, moins il y a d’aide

L’effet du témoin, aussi appelé effet de groupe, montre que les gens agissent comme des moutons au sein d'un troupeau, copiant les comportements des autres, consciemment ou inconsciemment. Si dans un groupe, personne n’intervient, les chances sont grandes que moi, je ne fasse rien non plus. Je me dirai sûrement qu’intervenir n’est pas nécessaire, puisque personne ne réagit. J'aurai peur de m’attirer des problèmes ou de me retrouver impliqué.e dans une situation indésirable ou pour laquelle je n'ai pas le temps. Et puis, comment être 100% sûr.e qu’il s’agit d’un comportement qui dépasse les bornes?

Cet effet de groupe peut s’avérer puissant. C’est pourquoi il est important de mettre en place un autre groupe. Un groupe qui aide les autres et dont tout le monde peut faire partie, pour mettre fin au climat de harcèlement et de violences sexuelles dans l'espace public. Il ne faut pas avoir peur d’agir en premier quand c’est nécessaire: quand une personne se démarque du groupe en agissant, d’autres suivent rapidement. Toute réaction, toute aide peut être vitale!

1. Chercher de l’aide

Quelle est la bonne réaction à avoir face à quelqu'un qui se fait agresser? Comment intervenir sans s'exposer? En cas de doute, l'idéal est de se tourner vers ses amis, leur demander conseil, prévenir les services de sécurité du festival ou appeler un numéro d’urgence.

2. Intervenir

Regards appuyés, insultes, attouchements… c’est intolérable. Alors il ne faut pas hésiter à intervenir quand on voit ces comportements. Parce que si personne ne dit ou ne fait remarquer que ces agissements sont inacceptables, ils ne sont pas près de s’arrêter. Attention toutefois à ne pas se mettre en danger en intervenant, et à rester calme.

3. Rester à distance...mais pas trop loin non plus!

Commencer par tenir une situation à l’œil au cas où elle s’envenimerait est une bonne idée. Rester à distance sûre peut suffire à rassurer une personne qui se fait (peut-être) agresser, avant de peut-être établir un contact visuel ou demander à la personne qui s’est faite agresser si tout va bien. En cas de doute, intervenir avec des amis, leur demander de l'aide ou informer la police sont aussi de bonnes solutions.

4. Détourner l’attention

Une personne en détresse pourra avoir un visage amical, qu'on peut devenir en se dirigeant, par exemple, vers la victime et en faisant semblant de la connaître: "Hé, ça fait longtemps que je te cherche, tu viens au ciné ou pas?" (sous-entendu: on se tire d’ici?) ou en demandant simplement l’heure ou le chemin de la banque la plus proche à la personne harcelante, pour la désarçonner le temps que la victime puisse prendre la fuite.

S'inscrire à la newsletter? Oui!

Partout dans le monde, les jeunes activistes de Plan International luttent contre le harcèlement sexuel dans l'espace public. Nos partenaires et les jeunes travaillent ensemble pour donner les mêmes chances aux filles et aux garçons afin de rétablir l’équilibre et construire un monde juste pour tou.te.s: filles et garçons, femmes et hommes. S'inscrire à notre newsletter, c'est rester informé.e sur nos projets partout dans le monde!

BESOIN D'AIDE?

Le harcèlement et les abus sexuels sont à prendre au sérieux. Besoin d'aide, d'un endroit où poser des questions ou pour soutenir quelqu'un d'autre? Toute réaction est bienvenue. Le site violencessexuelles.be propose des conseils et des ressources pour faire face au harcèlement sexuel et pour porter plainte auprès de la police. Le site maintenantjenparle.be propose un chat confidentiel avec des intervenantes spécialisées, 3 fois par semaine en soirée.

Pour enregistrer une plainte, la police est la mieux placée. Dans certains cas, l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes peut aussi être d'une aide précieuse.

De la théorie à la pratique: voici le plan SACHA, la super initiative d'Esperanzah! pour s'attaquer au harcèlement sexuel durant leur événement.

Cet article vous intéresse? Partagez-le!