Amara, 11 ans, a survécu à l'épidémie de fièvre Ebola en Sierra-Leone. Sa vie ne sera plus jamais la même. Il a perdu ses deux parents et ses trois frères cadets. Pour le moment, des voisins subviennent à ses besoins. Il n'ose plus entrer dans sa maison de crainte d'être contaminé. Mais il ne perd pas espoir: qand il sera plus grand, il voudrait devenir médecin, pour soigner les gens et sauver des vies...

Il y a tout juste un an, on déplorait le premier décès d'une victime atteinte du virus Ebola. Plus de 10.000 personnes ont succombé à cette effroyable maladie. La plupart des victimes se comptent en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Aujourd'hui, un an plus tard, on note enfin un net recul de l'épidémie en Afrique de l'Ouest. Tout danger n'est cependant pas écarté.

Objectif: 42 jours sans contamination

En ce moment, on enregistre moins de 100 nouvelles contaminations par semaine. Il y a quelques mois à peine, les travailleurs humanitaires recensaient encore 700 nouveaux cas chaque semaine. Pour pouvoir déclarer officiellement l'éradication d'Ebola, il faut que personne ne soit contaminé pendant 42 jours. Au moins. Si le Liberia est sur la bonne voie, de nouveaux cas continuent de surgir ça et là en Guinée et en Sierra Leone.

Priorité aux bien-être des enfants

L'épidémie d'Ebola laisse des traces profondes. La reconstruction sera un processus de longue haleine. Nigel Chapman, CEO de la Coalition internationale Plan, explique:

Ce sont surtout les enfants qui sont durement touchés, pendant et après l'épidémie. Ils sont des centaines à avoir perdu un frère, une sœur, un parent ou les deux... Beaucoup de familles et d'orphelins ont du mal à présent à nouer les deux bouts. C'est pourquoi les enfants restent la priorité numéro un dans cette phase de l'intervention de Plan", a déclaré 

Plan continuera, dans les mois à venir, à centrer ses efforts sur la prévention, l'enseignement, l'hygiène, les installations sanitaires et le soutien aux familles en difficulté financière. Nous serons en outre particulièrement attentifs à la protection et à l'accompagnement des enfants exposés aux abus et à la violence.

Course-contre la saison des pluies

La saison des pluies approche. Cette période toujours difficile, le sera plus encore pour les dizaines de milliers de personnes qui se remettent péniblement des immenses dégâts physiques et psychiques infligés par Ebola. Paolo Lubrano, notre collègue sur place:

Nombre d'écoles et d'hôpitaux seront inaccessibles à cause des fortes pluies et des inondations. L'approvisionnement en électricité et en eau potable risque également d'être compromis. C'est préoccupant, surtout à un moment où la situation est déjà critique en matière de soins de santé. Tout le monde va devoir remonter sur le pont."

Des nouvelles des Filleul.e.s Plan dans la région

  • En Guinée, l'échange de courriers avec les Filleuls Plan peut reprendre. Nous vous déconseillons toutefois de prévoir une visite à votre Filleul Plan, car les risques d'infection subsistent.
  • Au Libéria et en Sierra Leone, la correspondance avec les Filleuls Plan ainsi que les visites sont toujours impossibles car les risques de contamination restent trop importants.

Nous vous tiendrons informés des évolutions liées aux Filleul.e.s Plan dans la région.

Cet article vous intéresse? Partagez-le!