En mai, nous élirons un nouveau parlement. Qui dit élections, dit nouvelles priorités et nouvelles orientations politiques. Pour veiller à ce que le prochain gouvernement s'investisse pleinement pour les droits des enfants et des filles du monde entier, nous avons élaboré un agenda politique.

Pourquoi Plan International Belgique fait-elle du plaidoyer?

Depuis plus de 35 ans, Plan International Belgique travaille avec des enfants dans les situations les plus vulnérables. Cela nous permet de partager notre expertise avec les responsables politiques. Nous leur apportons, à Bruxelles, l'expertise de nos partenaires locaux sur ce qui fonctionne et ne fonctionne pas. De cette manière, nous contribuons à un fonctionnement optimal de la Coopération belge au développement. À travers notre travail de plaidoyer, nous nous efforçons d'ancrer durablement nos connaissances dans les instruments de politique internationale, fédérale et régionale, afin que les futures générations politiques n'oublient pas les droits des enfants et des filles. Nous soutenons également nos partenaires locaux pour qu’ils puissent également mener un travail de plaidoyer auprès de leurs gouvernements. 

Que demandons-nous aux politiques?

Le développement durable est uniquement possible en prenant en compte dès les départ les jeunes et les enfants. Un point essentiel est de veiller à ce que les garçons et les filles reçoivent des chances égales dans la vie. C'est pourquoi nous demandons aux décideurs et décideuses politiques d’accorder plus d’attention:

  • Aux droits des enfants et des filles: les enfants ont des besoins spécifiques. Les filles aussi. La Belgique peut agir en fer de lance en plaçant les droits des enfants et des filles parmi les priorités internationales. La Coopération belge au développement peut également adopter une approche plus inclusive en analysant systématiquement son impact sur ces groupes.
  • À l’enseignement: l’enseignement est un facteur essentiel pour le développement social et pour la paix. Dans les pays partenaires, il faut investir davantage dans l'enseignement, en particulier pour les filles. En Belgique aussi, nous demandons plus d'attention pour l'éducation aux droits de l'enfant.
  • À la protection contre la violence: les mariages précoces et l’excision des filles ont des conséquences néfastes considérables sur le développement des filles. La Belgique doit investir davantage dans la lutte contre ces pratiques.

En savoir plus

Découvrez l'ensemble de nos recommandations politiques en ligne ...

... ou téléchargez notre mémorandum au format PDF (28p., 1,10 Mo).

Cet article vous intéresse? Partagez-le!