Lorsque tu es victime de harcèlement sexiste ou témoin d’une telle situation, tu peux (ré)agir. Le groupe poursuit un double objectif : donner aux victimes les moyens d’agir contre le harcèlement sexiste et donner aux témoins les moyens d’agir et d’intervenir pour stopper le harcèlement et soutenir les victimes. Tu trouveras ci-dessous quelques conseils pour agir si tu te retrouves confronté.e à cette situation, en tant que victime ou témoin.

En Belgique, 60% des femmes affirment avoir déjà été victimes de harcèlement sexiste dans la rue ou les transports publics. Une femme sur deux a été physiquement attaquée dans la rue ou dans les transports en commun. Des chiffres inacceptables. 

Dans un bus un inconnu m’a pris les seins avec ses mains, les a palpés puis relâchés avant de descendre à l’arrêt.

Tiffany, 21 ans, Bruxelles

 Lorsque tu es victime de harcèlement sexiste ou témoin d’une telle situation, tu peux (ré)agir. Ces derniers mois, nos jeunes activistes ont travaillé avec la STIB pour proposer des solutions qui visent à combattre le harcèlement sexiste dans l’espace public, en particulier dans les transports en commun. Le groupe poursuit un double objectif : donner aux victimes les moyens d’agir contre le harcèlement sexiste et donner aux témoins les moyens d’agir et d’intervenir pour stopper le harcèlement et soutenir les victimes. 

Tu trouveras ci-dessous quelques conseils pour agir si tu te retrouves confronté.e à cette situation, en tant que victime ou témoin. Une chose à retenir : tout le monde peut combattre le harcèlement sexiste. 

Comment (ré)agir si tu es victime de harcèlement sexiste?

Tu es victime de harcèlement sexiste dans la rue, l’espace public ou les transports en commun? 
Découvre une liste de conseils pour savoir comment y mettre fin:
 

1. Veille toujours à ta sécurité
Adopte une position avec laquelle tu peux physiquement te défendre. Si la situation est trop risquée, quitte le lieu où tu te trouves. 

2. Ne reste pas seul.e et demande de l'aide
Tourne-toi vers une autre personne et fais-lui comprendre que quelque chose ne va pas. Tu peux lui expliquer la situation ou faire semblant de la connaître. 

3. Mets l'harceleur devant ses responsibilités
Dis-lui clairement que ce genre de paroles ou de gestes sont déplacés, offensants et/ou dérangeants. Dis-lui d’arrêter immédiatement. 

4. Dénonce les faits
Tu peux porter plainte auprès de la police, car le harcèlement est reconnu comme un délit par la loi contre le sexisme dans l’espace public du 24 mai 2014. Cette loi condamne tout comportement individuel ou collectif, adressé dans l’espace public visant à interpeller, intimider, humilier, menacer, insulter une personne en raison de son sexe.

harcèlement sexuel

En savoir sur notre partenariat avec la STIB.

Comment (ré)agir si tu es témoin de harcèlement sexiste?

Tu es témoin de harcèlement sexiste dans la rue, l’espace public ou les transports en commun? Découvre une liste de conseils pour savoir comment intervenir:

1. Interviens si possible
Défends la victime, en restant calme et sans te mettre en danger. Tu peux regarder la victime et lui faire comprendre que tu es là et essayer de la rassurer. Si la situation te permet, adresse-toi au harceleur et dis-lui clairement que ce genre de paroles ou de gestes sont déplacés, offensants et/ou dérangeants. 

2. Détourne l'attention
Adresse-toi à la victime en faisant semblant de la connaître pour faire fuir le harceleur. 

3. Cherche de l'aide
Tourne-toi vers d’autres usager.e.s ou si nécessaire, préviens les services de sécurité de la STIB ou la police (boutons d’urgence ou bornes SOS, numéro d’urgence 112, ...) 

4. Accompagne la victime
Soutiens la victime et accompagne-la. Encourage-la à porter plainte et si nécessaire, porte-toi témoin.  

Tu as d'autres idées pour réagir face au harcèlement sexiste en tant que témoin ou victime? Contacte-nous via: info@planinternational.be 

Je m’assieds dans un tram à Bruxelles, sur la longue banquette centrale, entre deux hommes âgés de 60 à 70 ans. On est un peu serrés et moi je suis chargée de mes nombreux paquets remplis de cadeaux de Noël, du coup je m’excuse poliment en plaisantant un peu. Il n’en faut pas plus pour que le monsieur à ma droite s’autorise subitement une familiarité qui va très vite devenir très dérangeante : « Pas de problème mademoiselle, j’aime bien la compagnie agréable ». Je comprends rapidement que la situation risque de dégénérer, ce qui me fait prendre une distance dans le ton de la conversation. Je ravale aussi mon sourire pour indiquer que je n’ai pas envie d’être importunée. « T’es belle, t’as envie de t’amuser? Combien tu prends pour une heure? ». Je ne réponds pas et m’écarte. L’homme me colle davantage et approche sa bouche de mon oreille pour me susurrer : « Saaaaloooope, t’aime ça hein les saloperies ? ». 

Cecile, 41 ans, Bruxelles

Types d'agressions que les femmes et les filles subissent

  • Agression verbale: commentaires non-consentis et intrusifs, bruits d’animaux, insultes et propos sexuels. 
  • Agression non-verbale: agissements tels que le fait de suivre une personne, de la siffler, de la dévisager avec insistance.  
  • Agression physique: bousculade, pincement, attouchement, viol 
  • Autres types d'agression: exhibitionnisme, gestes sexuels mimés, photo « volée » (prise sans le consentement), etc. 

Tu as été toi-même victime de harcèlement sexuel ou tu en as été témoin, et tu veux partager ton expérience? Contacte-nous via info@planinternational.be 

Cet article vous intéresse? Partagez-le!