Tort, 25 ans, a grandi au Cambodge. Il s’agit d’un des pays les plus pauvres d'Asie. Tort n'est pas tout à fait comme les autres femmes cambodgiennes : elle est née avec un seul bras. Malgré les défis qu’elle rencontre, elle est déterminée à se construire un bel avenir. En tant qu'ancienne Filleule Plan, elle sait que l'éducation est sa clé du succès.

Du courrier : une lettre de ses Parrain et Marraine Plan !

Tort met een foto van toen ze nog een Plan Kind was.

Petite, Tort vivait avec sa famille dans un petit village cambodgien de la province de Siem Reap, à quelques kilomètres des célèbres temples d'Angkor Wat. Quand Plan International s'est installée dans son village, elle est devenue l'un.e des premier.e.s Filleul.e.s Plan. Très vite, elle a reçu une lettre de ses Parrain et Marraine Plan. Elle a gardé précieusement les lettres dans un dossier, pour mieux les protéger, et y a répondu : « J'ai expliqué à mes Marraine et Parrain Plan à quoi ressemblait mon village, ce que je mangeais et ce que je faisais dans ma vie quotidienne.»

Une étude réalisée entre 2006 et 2019 auprès de Filleul.e.s Plan a démontré que la correspondance et le lien qui se créent entre un Parrain ou une Marraine Plan et un.e Filleul.e Plan sont très précieux. Ils motivent les Filleul.e.s Plan à faire des efforts à l'école et à terminer leurs études. Ils/elles sont également plus heureux.ses et jouissent d’une meilleure confiance en soi ('Sponsorship Study Plan International’, menée par la RMIT University, Melbourne). Il en va de même pour Tort ! Dès son plus jeune âge, elle a réalisé l'importance de l'éducation dans sa quête d'une vie indépendante ; c'est pourquoi elle a bien étudié à l'école et même obtenu son diplôme d'études secondaires. Ce qui est loin d'être évident pour les filles au Cambodge.

Pour une Marraine ou un Parrain Plan aussi, le lien avec un.e Filleul.e Plan s'avère très spécial. Découvrez comment Rita, Marraine Plan, a établi un lien personnel avec une Filleule Plan qu'elle a eue pendant de nombreuses années au Sri Lanka.

 

Éducation pour Tort et les autres enfants de son village

Aller à l'école ? C'est une opportunité que les parents de Tort, Hoy et Kheny, n'ont jamais eue. Riziculteurs, ils n'ont jamais appris à lire et à écrire, même s'ils l'auraient vraiment voulu. Kheny a envoyé tous ses enfants à l'école, ce qui n'est pas évident au Cambodge. Parce qu'elle a réalisé à quel point c'était important. Elle est donc très fière que sa fille si motivée ait réussi à achever ses études. « Même quand elle devait garder les vaches, elle emmenait quelques livres », explique Kheny.

Son ambition ne s'est pas arrêtée après l'école secondaire. Tort est allée travailler dans la bibliothèque de l'école et avec ses revenus, elle a soutenu ses parents, tout en épargnant pour pouvoir poursuivre ses études. Dans son temps libre, elle enseignait l'anglais aux enfants de son village. Ce qui a toute son importance, car il s'agit de la deuxième langue du Cambodge. Elle donnait ces cours gratuitement. « Avec ces leçons, je voulais donner quelque chose en retour à mon village, parce que j'ai beaucoup reçu moi-même grâce au soutien de Plan International », explique Tort.

Tort enseigne l'alphabet khmer aux enfants de l'école primaire de Siem Reap.

 

Une Filleule Plan qui tient à réaliser tous ses rêves

Aujourd'hui, Tort travaille comme institutrice dans l’école primaire de son village. Elle y initie les tout-petits à l'alphabet khmer, car le khmer est la langue nationale du Cambodge. Certaines choses sont compliquées avec un seul bras, comme tenir une règle contre le tableau, tracer une ligne ou jouer avec une balle. Mais son handicap physique ne l'empêche pas de se battre pour son grand rêve. Elle veut devenir enseignante à l'école secondaire et enseigner ses deux matières préférées, la littérature anglaise et khmère. C'est pourquoi dès qu'elle rentre chez elle le soir, elle rouvre ses livres et poursuit ses études avec passion.

Tort ne vit plus avec ses parents, mais dans le centre de Siem Reap, dans un appartement qu'elle partage avec d'autres étudiantes. Elle ne pense pas encore à fonder une famille et se concentre pleinement sur son travail et ses études. Pourtant, elle prend toujours le temps d'aider sa communauté. Elle aide d'autres personnes handicapées moins chanceuses qu'elle et organise des activités de récolte de fonds. À l'avenir, elle souhaite encore donner des cours gratuits aux plus jeunes enfants de sa communauté, afin de leur offrir à eux/elles aussi un avenir meilleur.

Le rêve de poursuivre ses études que caresse Tort n'est pas sans rappeler l'histoire de l'ancienne Filleule Plan Winfred, au Kenya. Grâce au soutien de ses Marraine et Parrain Plan, elle aussi a réussi à terminer ses études. De plus, elle s'investit aujourd'hui elle-même pour l'éducation, en tant qu'employée de Plan International Kenya. Découvrez l'histoire de l'ancienne Filleule Plan Winfred.

 

Un.e Filleul.e Plan, mais aussi toute sa communauté

Grâce au soutien de ses Parrain et Marraine Plan, Tort a pu (continuer à) aller à l'école et s'épanouir en une jeune femme indépendante et ambitieuse. Même si elle n'est plus Filleule Plan, elle ne pense toujours pas à arrêter les études. Elle sait à quel point l'éducation est importante et s'engage à aider sa communauté à aller de l'avant. Par le passé, lorsqu'elle enseignait gratuitement aux enfants de son village, aujourd'hui en tant qu'enseignante dans une école primaire et à l'avenir, en tant que professeur d'anglais et de littérature.

La belle histoire de Tort démontre une fois de plus pourquoi il est si important d'accorder plus d'attention aux filles. Parce que si les filles bénéficient de droits et de chances égaux, cela bénéficie à l'ensemble de la société !

Vous aussi, vous voulez faire en sorte qu'un.e enfant puisse réaliser ses rêves ? Devenez Parrain ou Marraine Plan et soutenez ainsi un.e Filleul.e Plan, mais aussi tout son entourage !

Cet article vous intéresse? Partagez-le!