« Si il y a moins de femmes dans la politique, c’est parce qu’elles sont plus casanières» « Les femmes sont naturellement moins intéressées par la politique». Voici le genre d’affirmations que Niesje (17 ans) et Diane (24 ans) tentent de remettre en question depuis plusieurs années, en tant qu'activistes de Plan International. À l’approche des élections, elles partagent avec nous leur vision sur les femmes en politique.

« Si les femmes investissent davantage leur foyer, c’est parce qu’elles sont éduquées comme ça et qu’elles ont le sentiment que c’est ce qu’on attend d’elles », estime Niesje. Quant à Diane, elle est persuadée qu’il n’existe aucune raison valable pour laquelle les femmes devraient s’occuper plus des tâches ménagères que les hommes. « Un homme qui décide de travailler moins et de s’investir davantage à la maison, ça devrait être aussi normal et valorisé que dans l’autre sens. » Mais pour Diane, tant que les hommes gagneront plus que les femmes, rien ne changera. « Car dans ce contexte, il ne semble pas rationnel que l’homme se mette à travailler moins et la femme plus, n’est-ce pas? »

« La politique devrait être mieux discutée dans l’enseignement »

Je pense que les femmes sont tout autant intéressées par la politique que les hommes. Et qu’il y a autant de femmes que d’hommes que ça laisse indifférent.

D’après Niesje, les femmes manquent aussi de modèles à suivre. « Les personnalités politiques belges les plus célèbres sont des hommes. Je pense que c’est parce qu’on déconseille plus souvent aux filles d’entrer en politique. » Niesje trouve que les filles doivent être stimulées comme les garçons, et que la responsabilité revient à l’enseignement. « La politique doit être mieux intégrée aux programmes d'éducation afin que chacun.e puisse y être initié.e. »

Diane tente une comparaison avec la cuisine et les voitures. « Les hommes sont soi-disant moins intéressés par la cuisine. Mais regardez le nombre de top chefs ! D’un autre côté, il m’arrive souvent de parler de voitures avec mon petit frère. Et j’en sais beaucoup plus que lui sur la question... Mais ce n’est pas ce qu’on attend de moi, du coup, j’ose moins ouvertement poser des questions sur le sujet. »

C’est la société qui nous impose ce genre de règles presque invisibles. Il en va de même pour ce qui est des femmes en politique. Le changement est loin d’être facile, mais je crois qu'il est possible.

Une femme au pouvoir: quand cela sera-t-il considére comme normal?

« La politique, c’est dur », affirme Niesje. « Mais je crois que c’est effrayant tant pour les hommes que pour les femmes. » En revanche, Niesje est persuadée qu’il est plus difficile pour les femmes que pour les hommes d’évoluer dans la sphère politique. Ce qui donne l’impression que les femmes sont plus souvent effrayées ou moins intéressées. Diane, elle, ne pense pas que la dureté de la politique soit l'essence du problème. « Ce sont les mentalités qui doivent changer. En politique, on pourra dire qu’on  sera arrivé à l'égalité lorsqu’il sera considéré comme tout à fait normal - et non exceptionnel - de voir une femme au pouvoir. »

Cet article vous intéresse? Partagez-le!