Dans le monde entier, les mamans changent l'avenir. En apprenant à leurs filles à se défendre et à choisir leur propre voie. Mais aussi en poursuivant la lutte pour l'égalité et un enseignement de qualité pour leurs enfants. Chacune à sa façon, les femmes du monde entier apportent leur contribution. À l'occasion de la fête des mères, 3 mamans racontent ci-dessous leur histoire unique. C'est avec plaisir que nous leur rendons hommage.

Rosaline

Pour Rosaline, 31 ans, originaire de Guinée, la pandémie de coronavirus rappelle les souvenirs douloureux de l'épidémie d'Ebola. Ses 4 enfants et elle ont survécu, mais 8 membres de leur famille sont décédés, dont le compagnon de Rosaline, le père de ses enfants.

Elle connaît les dangers d'une crise sanitaire de cette envergure et s'engage à protéger au maximum sa famille et sa communauté. Mais la santé de ses enfants n'est pas la seule chose qui la préoccupe.

Mes enfants ne peuvent plus aller à l'école et cela les rend turbulents. Ils veulent apprendre.

L'incertitude quant à l'avenir et les conséquences potentiellement importantes du virus la préoccupent beaucoup. Mais Rosaline ne reste pas les bras croisés. En tant que membre du comité de sensibilisation autour du coronavirus, elle aide à prévenir la maladie dans son village. Et alors que les écoles sont fermées, elle travaille à l'instauration de méthodes d'apprentissage alternatives, pour éviter que ses enfants ne prennent du retard.

Vous aussi, vous avez une maman investie comme Rosaline ? Dorlotez-la à l'occasion de cette fête des mères et aidez-nous à lutter contre le coronavirus.

Rosaline et ses fils se lavent les mains

Isatu

En 2015 Isatu *, aujourd'hui âgée de 15 ans, a perdu ses deux parents des suites du virus Ebola. Sa tante a décidé qu'elle devait devenir 'Sowei'. Elle devait, contre son gré, exciser des jeunes filles.

J'ai moi-même été excisée à l'âge de 10 ans. Il y a eu une grande cérémonie où tout le monde a dansé et était heureux. Un an plus tard, j'ai dû commencer à exciser moi-même des filles, même si je ne voulais pas. Je savais que l'excision comportait beaucoup de risques et que certaines en mourraient même. Mais j'étais obligée.

3 ans plus tard, Isatu a été mariée, elle a eu une fille et ses responsabilités ont continué à s'accumuler. Pourtant, elle était déterminée à assister à l'atelier de la militante Madam Neneh sur les dangers de l'excision. Un atelier qui allait changer sa vie pour toujours.

Grâce à cet atelier, j'ai beaucoup mûri. Je n'aurais jamais pensé auparavant que je combattrais un jour l'excision en tant qu'activiste, et que je convaincrais les autres d'arrêter cette pratique dangereuse.

Malgré les revers qu’Isatu a connus au cours de sa jeune vie, elle reste positive. Elle est déterminée à protéger sa fille et à lui offrir un avenir meilleur. Avant de devoir abandonner l'école pour devenir Sowei, elle rêvait d'être enseignante. Elle espère que sa fille pourra aller à l'école et réaliser ses rêves.

* Isatu est un nom d'emprunt.

Vous êtes encore à la recherche d'un cadeau pour la fête des mères ? Jetez un œil à nos Gifts for Change et soutenez les filles et les femmes comme Isatu.

Isatu et sa petite fille

Leam

Leam est elle aussi une femme qui force l'admiration. Jeune maman d'une petite Minea, elle doit se battre non seulement pour son propre avenir, mais aussi pour celui de sa fille. Pourtant, elle reste positive et pleine d'espoir dans la vie.

En tant que femme divorcée, elle esquisse progressivement un nouvel avenir pour elle-même et sa fille. Grâce à une formation suivie via Plan International, elle peut travailler comme couturière dans le village. Avec les réparations et les ajustements qu'elle apporte aux vêtements des autres villageois, elle gagne ses premiers revenus.

J'aime créer des vêtements pour les autres. J'espère un jour pouvoir ouvrir ma propre boutique et aider encore plus de clients.

Elle conseille à toutes les filles de ne pas avoir peur et de franchir le pas vers la réalisation de leurs rêves. En outre, elle rêve d'un avenir meilleur pour sa fille.

J'espère que Minea pourra aller à l'école. Peut-être qu'elle deviendra infirmière ! 

Ta maman elle aussi fort que Leam? Alors, surprenez-la avec un Gift for Change.

Leam et sa petite fille

Cet article vous intéresse? Partagez-le!