Marie Gillain a rencontré sa première Filleule Plan au Vietnam en 2009. Elle n'oubliera pas ce voyage. 

Parrainer un enfant, c’est parrainer une communauté à travers lui. Avec cette rencontre, tout est devenu plus concret. En partageant un peu de son quotidien, j'ai pu me faire une meilleure idée de la vie de ma Filleule Plan, rencontrer sa famille et comprendre comment son village s'organise...

"Quand je l'ai rencontrée, In, ma Filleule Plan, avait 13 ans. À l'époque de ma visite, elle vivait seulement avec sa petite soeur et sa maman: ses frères aînés et son père avaient quitté la maison pour quelques mois afin de gagner l’argent qui fait vivre la famille."

Une jeune fille très courageuse

"In débutait chaque jour sa journée à 6 heures afin de prendre à pied le chemin de l’école où elle suivait les cours pendant la matinée. En rentrant, elle s’occupait de la vaisselle, du linge et faisait paître le buffle familial, ce qui l’occupait tout l’après-midi avant la préparation du repas du soir. Une fois toutes ces tâches accomplies, In faisait ses devoirs avant de se coucher. Je l'ai trouvée très courageuse. Son rêve était de pouvoir continuer ses études et d’apprendre un métier afin d’avoir une vie moins dure que celle de ses parents et grands-parents. Mais son souhait le plus cher était aussi de voir la mer."

La journée a été très riche en émotions. La chance que j’ai eue est que cette petite fille est très extravertie, très communicative et curieuse de tout. Elle a été géniale de briser la glace en me prenant tout de suite la main. Elle ne l’a plus lâchée comme si pour elle, c’était essentiel.

Aujourd'hui, In est majeure et Marie Gillain parraine une autre petite fille au Vietnam.

En savoir plus sur le soutien de Marie Gillain à Plan International Belgique et à la communauté de sa Filleule Plan

Cet article vous intéresse? Partagez-le!