Il y a quatre ans, la communauté internationale a adopté les Objectifs de Développement Durable (SDGs) qui sont basés sur le principe de "ne laisser personne de côté". Sans prendre en compte les besoins spécifiques des enfants, et en particulier des filles, la croissance inclusive et durable est en effet impossible. Le 26 mai, nous irons aux urnes: afin de rendre la politique belge durable et inclusive, nous avons établi un agenda des droits de l'enfant et des filles à destination des candidat.e.s. Découvrez les recommandations de Plan International Belgique.

Notre agenda pour les droits de l’enfant et des filles dans les politiques belges de coopération au développement et de relations internationales

Dans la loi belge sur la coopération au développement, les droits de l’enfant sont repris sous le thème prioritaire des droits de l’homme. Pour faire des droits de l’enfant une priorité, ils doivent cependant être mis en œuvre de façon transversale dans les politiques internationales et de coopération au développement, de sorte que chaque intervention puisse être évaluée au regard du cadre fourni par les droits de l’enfant. 

C’est également le cas pour les droits des filles. Comme les autres enfants, à travers le monde, les filles veulent s’épanouir à l’abri de la violence. Elles veulent apprendre, diriger et décider de leur corps et de leur avenir.  Cependant, elles rencontrent plus d’obstacles que les garçons. Pour cette raison, aux côtés des droits de l’enfant, les droits des filles doivent recevoir une attention spécifique, tant dans la loi que dans les politiques menées.

1. Reconnaitre les droits de l’enfant et des filles comme un cadre fondamental 

  • Consacrer l’importance des droits de l’enfant dans le cadre législatif: évaluer chaque intervention dans le domaine de la coopération au regard des droits de l’enfant.
  • Reconnaitre les droits des filles dans la loi sur la coopération au développement, aux côtés des droits de l’enfant et des droits des femmes et en faire un objectif spécifique.

2. Promouvoir un enseignement inclusif et de qualité pour tous les enfants, y compris les filles

  • Investir dans l’enseignement inclusif et de qualité pour tous les enfants, en particuliers des filles, dans les pays partenaires de la Belgique. Garantir que les filles vivant en situation de crise puissent continuer à étudier.
  • Agir, au travers de l’éducation, sur les enjeux que le changement climatique fait peser sur les enfants, en particulier les filles, dans les pays partenaires.
  • Investir en Belgique sur l’éducation aux droits de l’enfant.

3. Protéger les enfants, en particulier les filles, contre la violence

  • Coopérer avec les organisations de la société civile pour définir des stratégies de lutte contre les violences basées sur le genre qui touchent les filles.
  • Prendre en compte, dans les négociations internationales et les interventions humanitaires, la situation et les besoins spécifiques des filles en situation de crise.

4. Garantir la participation des enfants et des filles

  • Ne pas prendre de décision au sujet des enfants et des filles sans leur donner la parole.
  • Soutenir les enfants, en particulier les filles, de sorte qu’ils et elles puissent partager leur expérience et prendre part aux décisions à différents niveaux politiques. 
  • Ne laisser personne de côté. Garantir que les enfants les plus vulnérables, en particulier les filles confrontées à des risques, puissent également faire entendre leur voix. 

En savoir plus ?

Roméo Matsas – Coopération au développement et éducation et coordination générale
romeo.matsas@planinternational.be
02 504 60 12

Tess Vanacker – Coopération au développement et genre
tess.vanacker@planinternational.be 
02 504 60 10

Jonathan Moskovic – Education aux droits de l’enfant en Belgique
jonathan.moskovic@planinternational.be
02 504 60 11

Téléchargez notre mémorandum au format PDF (28p., 1,10 Mo)

Cet article vous intéresse? Partagez-le!