Les gens soutiennent des œuvres caritatives pour différentes raisons. Bien agir, avoir le sentiment de faire quelque chose pour ce monde… Quelle que soit votre motivation, en soutenant une bonne cause vous rendez le monde un peu meilleur. Reste la question de savoir quelle cause soutenir?

Droits des animaux, enjeux environnementaux, aide au développement… Il y a tant de sortes d'organisations caritatives, ce qu'elles font est fantastique! Mais avez-vous déjà envisagé de soutenir une œuvre caritative qui s’investit pour les droits de l’enfant ? En effet, ce sont les tout-petits de notre monde qui peuvent faire un monde de différence dans notre société. Parce qu’après tout, les enfants, c’est l’avenir.

Égalité de droits… ou pas?

Dans bon nombre de pays, les enfants ne se voient pas offrir de chances de grandir en toute sécurité, de faire entendre leurs voix ou de rêver d’un avenir. Dans les pays touchés par la pauvreté, les catastrophes humanitaires ou d’autres situations défavorables, les droits de l’enfants ne sont malheureusement pas toujours respectés. Dans des pays comme l'Ouganda ou la République centrafricaine, par exemple, les enfants sont en fuite, une situation qui s’accompagne de malnutrition et d’un manque d’aide médicale, et qui les prive de scolarité. Dans des pays comme le Bénin, le Niger et le Laos, les tout-petits, les enfants et surtout les filles sont souvent privés d’un accès (sûr) à l’école.

Abandon scolaire, famine, travail des enfants, violences, discrimination, mariages ou grossesses précoces… font partie des nombreux défis auxquels sont confronté.e.s les enfants dans les pays en développement. Les filles font face à plus de difficultés encore que les garçons. À travers le monde, plus de 129 millions de filles ne sont pas scolarisées. Elles ne peuvent pas (continuer à) aller à l’école, parce qu’elles doivent aider aux tâches ménagères, parce que le chemin vers l’école n’est pas sûr ou parce que leurs parents manquent d’argent. En outre, 1 fille sur 5 dans le monde est forcée de se marier avant l’âge de 18 ans. Piégées dans ce mariage précoce, certaines se voient en plus obligées d’avoir des enfants – en bref, elles ne disposent plus de leur propre corps. Et dans le monde entier, de nombreuses filles font face à la violence et à la discrimination. Rien qu’en Belgique, 91 % des filles ont déjà subi du harcèlement sexuel.

Un groupe de filles souriantes rentrent de l'école à pied

 

Des droits pour chaque enfant au monde

Pourtant, tou.te.s les enfants, filles et garçons, devraient jouir des mêmes droits et des mêmes chances. Elles/ils doivent avoir l’opportunité d’aller à l’école et de trouver un bon travail. Les enfants doivent pouvoir disposer de leurs corps et de leurs vies et s’épanouir libres de toute peur et violence. Ils/elles doivent se voir offrir une chance de contribuer à changer la société. Pas seulement au quotidien, mais également dans des situations d’urgence et lors de catastrophes naturelles.

Les enfants en Ouganda et en République centrafricaine, par exemple, ont eux/elles aussi droit à une alimentation saine, à l’éducation et à un foyer chaleureux. Et les enfants au Bénin, au Niger et au Laos ont elles/eux aussi droit à l’éducation et à un environnement sûr dans lequel grandir et aller à l’école. En bref, tou.te.s les enfants, où qu’elles/ils soient dans le monde, ont droit à ces droits.

 

Plan International Belgique et les droits de l’enfant

Et c'est pour les droits de ces enfants que Plan International se bat. En tant qu’ONG belge, nous défendons les droits de l’enfant, et en particulier l’égalité pour les filles. Nous mettons sur pied des programmes en Afrique, en Amérique latine et en Asie, où nous soutenons les enfants et les communautés les plus vulnérables. Dans cet objectif, nous investissons dans:

Et c’est important. En effet, saviez-vous que:

  • L’enseignement est le meilleur remède contre la pauvreté, les mariages précoces, les abus sexuels, la violence, et bien plus encore ?
  • Les filles qui se voient offrir les mêmes chances que les garçons vont investir davantage dans leur famille et auront dès lors des enfants en meilleure santé ?
Les enfants lisent un livre à l'école

 

Des histoires frappantes

Ces investissements et réalisations sont primordiaux. Ce n’est que quand les filles et les garçons peuvent jouir de ces droits de l’enfant et grandir dans un monde équitable qu’ils/elles peuvent se développer en citoyens du monde actif.ve.s. Chacun.e à sa façon peut alors coconstruire la société de demain.

Et ils/elles s’y attellent. Prenez l'histoire de Winfred. Elle aussi a été Filleule Plan. Après avoir échappé de justesse à l’excision, elle a pu poursuivre ses études, grâce au soutien de son Parrain et de sa Marraine Plan et aux projets de Plan International. Elle sait mieux que quiconque à quel point l’éducation est importante pour les enfants. C’est pourquoi aujourd’hui, elle s’investit elle aussi dans la défense des droits de l’enfant, en tant que collaboratrice de Plan International Kenya. Ou prenez l'histoire de Sothy. Filleul Plan au Cambodge, il aime les maths et rêve de devenir ingénieur. Il espère donc qu’il y aura vite une école secondaire dans son village, afin que les filles et les garçons puissent poursuivre leurs études. Des histoires inspirantes comme celles-ci, nous en avons plein, de partout au monde.

Êtes-vous prêt à être le/la prochain.e Parrain/Marraine Plan ?

Devenez Parrain ou Marraine Plan, ou soutenez-nous d’autres façons et contribuez vous aussi à la défense des droits de l’enfant!

Cet article vous intéresse? Partagez-le!