Il y a plus de de 5 ans que Phin, 16 ans, a arrêté d’aller à l’école. Depuis février, elle est la plus jeune membre du groupe de tissage local. Pleine de créativité, elle s’adonne au tissage pour accéder à l’indépendance.

Phin vit avec son frère cadet et sa maman dans un village reculé situé dans les montagnes. Il y a encore peu de temps, la rizière de sa famille constituait leur seule source de revenus et cela ne suffisait pas à couvrir ses frais scolaires et ceux de son frère. "C’est la réalité à laquelle sont confrontées au quotidien de nombreuses familles de minorités ethniques", explique Simone, responsable des groupes de tissage de la province de Bokeo, au Laos.

Lorsque Simone est venue présenter le projet de tissage de Plan International, j’étais très enthousiaste! J’aimerais beaucoup me lancer à mon propre compte pour pouvoir prendre soin de ma famille. Vu que je suis la plus jeune du groupe, les autres femmes me donnent souvent des conseils lors de nos séances de tissage. On y bavarde beaucoup.

Phin

 

Avec 9 autres femmes du village, Phin a suivi une formation intensive pour apprendre à maîtriser le savoir-faire de cette tradition de plusieurs centaines d’années. Notre partenaire local Camkid* leur a par exemple appris comment mettre les fils colorés sur les bobines, tendre les fils et utiliser le métier à tisser de façon optimale. Étant la personne de contact des différents groupes de femmes de la région, notre collègue Simone les rencontre tous les jours.

Le tissage n’est pas seulement une source de revenus supplémentaires, il permet aux femmes de préserver la tradition et de partager leur culture avec les autres. C’est un lieu de rencontre où elles discutent et s’encouragent mutuellement.

Simone

 

La sensibilisation par le théâtre

Notre partenaire local Camkid organise aussi des pièces de théâtre pour mettre en lumière des thèmes comme la santé, l’accès à l’enseignement et l’égalité entre filles et garçons. Simone, qui avait l’habitude de monter sur scène comme volontaire, organise un tour de questions/réponses après chaque représentation. "Nous abordons des thèmes qui sont souvent tabous, mais le théâtre permet généralement de briser la glace."

Phin sourit et hoche la tête: "La pièce de théâtre était très drôle et je m’y identifie parfaitement. J’en parle encore souvent avec mes amies. Mon frère, par exemple, ne participe jamais aux tâches ménagères. Ça doit changer!"

A la fin du mois, Simone organisera une séance supplémentaire sur le genre avec les femmes du groupe de tissage afin qu’elles puissent lancer leur propre affaire armées de leur aiguille, de fil et d’une bonne dose de confiance en soi.

*Pour réaliser ce projet, nous collaborons avec l’ONG locale Camkid (Community Association for Mobilising Knowledge in Development), LA référence au Laos pour le travail avec les communautés ethniques. Nous soutenons l’organisation dans ses activités avec la population et, grâce au projet, elle offre un éventail de formations, principalement axées sur les droits.

Investissez dans nos projets

 

Cet article vous intéresse? Partagez-le!