Avec la Coupe du monde, et grâce à nos Diables Rouges, le foot est une nouvelle fois au cœur de l’attention belge et mondiale. Et si on en profitait pour vous révéler quelques secrets sur le football… et les filles?

  • Selon l’Union Royale Belge de Football, 15.000 filles de plus se sont inscrites dans des clubs les quatre dernières années.
     
  • Alors que le football féminin en en plein boom, il a été évoqué en avril dernier de mettre fin au club féminin du RSC Anderlecht...Mais les réactions du public et de nombreuses joueuses – notamment des Red Flames comme Aline Zeler et Imke Courtois – ont permis d’abandonner cette idée. Heureusement!

     

  • Les médias se montrent de plus en plus intéressés par le football féminin. Les Red Flames, en particulier, ont changé la donne et plusieurs de ses joueuses sont devenues extrêmement populaires.
     
  • En Norvège, les joueuses de l’équipe nationale gagnent autant que leurs collègues masculins. On en est encore loin en Belgique…
     
  • Investir dans le football féminin, c’est payant. En Angleterre, notamment, ce choix a permis à l’équipe féminine d’atteindre les demi-finales de la Coupe du Monde en 2015 et de la Coupe d’Europe en 2017. Résultat: en 5 ans, le nombre spectateurs venus assister au championnat national (WOmen’s FA Cup) est passés de 5.000 à 40.000!
     
  • Le club anglais Chelsea FC – où évoluent Eden Hazard et Thibaut Courtois – est partenaire de Plan International UK. Le club a récemment décidé de ne plus parler « d’équipe première » pour mentionner l’équipe masculine.
     
  • Plan International Belgique est partenaire des Belgian Red Flames. La capitaine Aline Zeler et la milieu de terrain Julie Biesmans sont les ambassadrices de ce partenariat.
     
  • Récemment, les femmes d’Iran ont pu, pour la première fois en 40 ans, assister à un match de football dans un stade.
     
  • Le football rend les filles plus fortes. Pas juste littéralement. Dans de nombreux pays, Plan International mène des projets de football pour les filles. Cette activité leur permet de renforcer leur confiance en elles, leur assertivité et de briser des stéréotypes parfois très forts dans leur pays. Au-delà du football, ces projets permettent aussi d’intégrer ces filles dans des formations utiles sur leurs droits, sur la santé sexuelle et reproductive, sur les mariages et grossesses précoces… Une approche qui donne des résultats!

Adeline: "Une vraie femme leader, c'est celle qui pense positivement"

Adeline a participé à notre projet footballistique pour les filles au Bénin et a pris part à notre expo photo "Filles, garçons, à égalité?" en tant que jeune reportice. Aujourd'hui, elle continue à se battre pour l'égalité pour les filles et les femmes.

Investissez dans les droits des filles

De nombreuses filles et jeunes femmes au Bénin veulent être traitées avec le même respect que les garçons et s’épanouir dans leur vie. La tradition, les coutumes et la pauvreté leur donnent un statut moins important que leurs frères. Pour eux, le terrain de foot. Pour elles, le rôle de maman et d'épouse, les tâches ménagères, loin de l'école et de leurs rêves. Avec l’appui des équipes de Plan International et ses partenaires de la région de l’Atacora, elles surmontent les obstacles qui les éloignent de l’égalité... grâce au sport! Vous pouvez les aider à avancer en soutenant le Girls Fund.

Cet article vous intéresse? Partagez-le!