Dans les villages isolés du Nord du Vietnam, des jeunes filles sont fréquemment enlevées pour être mariées de force en Chine, alors qu'elles ne sont encore que des enfants.

Dinh avait 15 ans lorsqu'elle a été kidnappée avec son amie Lia. Au retour du marché, alors qu'elles se préparaient à parcourir une longue route vers leur village, deux personnes leur ont proposé de les ramener chez elles. Les deux filles ont rapidement remarqué qu'ils n'empruntaient pas la direction de la maison. Mais il était trop tard. Dinh a été emmenée et enfermée en Chine, en vue d'être mariée de force. Après 8 mois de détention, elle est parvenue à s'échapper. Aujourd'hui, la jeune femme de 18 ans est de retour dans son village.

Son amie Lia, elle, est toujours portée disparue.

Le kidnapping des jeunes filles, un phénomène courant

Dans les villages isolés du Nord du Vietnam, de nombreuses jeunes filles sont ainsi enlevées pour être mariées de force en Chine. Rares sont celles qui, comme Dinh, ont la chance d'en revenir. Et lorsque les filles sont sauvées, la réintégration dans leur communauté est difficile, car elles sont souvent stigmatisées.

Beaucoup de filles subissent des violences domestiques et sexuelles de la part de leur nouveau 'mari'. Outre le traumatisme psychologique, leur santé est mise en danger. Elles ne sont que des enfants mais se voient forcées de devenir mères, alors que leur corps ne peut supporter une telle grossesse.

Sharon Kane, Directeur de Plan International Vietnam

Déséquilibre et femmes 'bon marché'

Ce trafic du Vietnam vers la Chine a un objectif clair: combler le manque de jeunes filles à marier en Chine, où la politique de l'enfant unique s'est accompagnée d'une tradition d'avortement sélectif et d'infanticide des filles depuis plus de 200 ans. Le déséquilibre entre hommes et femmes en Chine est donc énorme, et s'intensifie à tel point que d'ici 2030, il devrait y avoir 30 millions d'hommes en plus que de femmes.

Traditionnellement, un homme doit payer une dot à la famille de sa future épouse. Mais la compétition s'intensifie, et les jeunes femmes en âge de se marier deviennent tellement rares que les hommes doivent parfois payer près de 16.000$ à leur future belle famille en Chine...contre 5000$ pour une épouse du Vietnam. Certains n'hésitent donc pas à se tourner vers le trafic de jeunes filles vietnamiennes, brisant au passage des centaines de vies et de familles.

Dinh, 18 ans.  Photo: Vincent Tremeau/Plan International

 

Les villages isolés du Vietnam

Le quotidien est difficile dans les villages isolés du Vietnam. La culture des champs, l'élevage des bêtes, la cuisine et la garde des jeunes enfants demandent beaucoup de travail, et les filles laissent souvent tomber l'école pour supporter leur famille.

Les aides extérieures sont donc les bienvenues. Les trafiquants profitent de la naïveté des communautés pour s'immiscer dans le quotidien des jeunes filles. Après quelques mois passés à les cotoyer, ils leur présentent l'avenir brillant que peut leur offrir la Chine: un meilleur salaire et la possibilité d'aider leur famille. Mais une fois la frontière traversée, les filles sont piégées et mariées de force.

Et parce que les villages sont isolés et séparés par des montagnes et des vallées, les nouvelles se répandent lentement. Peu sont informé-e-s de l'existence de ce trafic de jeunes mariées vietnamiennes en Chine, dont les familles proches de la frontière sont les principales victimes. La police a trop peu de moyens pour lancer des recherches pour les filles portées disparues et de nombreuses familles ne déclarent même jamais les disparitions.

Une jeune fille dans la province de Ha Giang, Vietnam. Photo: Plan International/Vincent Tremeau La belle-soeur de Dinh et son bébé. Photo: Plan International/Vincent Tremeau Le frère de Dinh joue avec son tout jeune bébé. Photo: Plan International/Vincent Tremeau Un village isolé de la province de Ha Giang. Photo: Plan International/Vincent Tremeau Mi avait 18 ans quand elle a été enlevée. Sa famille garde une photo d'elle dans la maison. Photo: Plan International/Vincent Tremeau Dinh, 18 ans, a été retenue en Chine pendant 8 mois. Photo: Plan International/Vincent Tremeau Sung, le frère de Lia, et sa famille. Photo: Plan International/Vincent Tremeau Les enfants marchent le long des routes. Province de Ha Giang, Vietnam. Photo: Plan International/Vincent Tremeau

Une jeune fille dans la province de Ha Giang, Vietnam. Photo: Plan International/Vincent Tremeau
Une jeune fille dans la province de Ha Giang, Vietnam. Photo: Plan International/Vincent Tremeau

La belle-soeur de Dinh et son bébé. Photo: Plan International/Vincent Tremeau
La belle-soeur de Dinh et son bébé. Photo: Plan International/Vincent Tremeau

Le frère de Dinh joue avec son tout jeune bébé. Photo: Plan International/Vincent Tremeau
Le frère de Dinh joue avec son tout jeune bébé. Photo: Plan International/Vincent Tremeau

Un village isolé de la province de Ha Giang. Photo: Plan International/Vincent Tremeau
Un village isolé de la province de Ha Giang. Photo: Plan International/Vincent Tremeau

Mi avait 18 ans quand elle a été enlevée. Sa famille garde une photo d'elle dans la maison. Photo: Plan International/Vincent Tremeau
Mi avait 18 ans quand elle a été enlevée. Sa famille garde une photo d'elle dans la maison. Photo: Plan International/Vincent Tremeau

Dinh, 18 ans, a été retenue en Chine pendant 8 mois. Photo: Plan International/Vincent Tremeau
Dinh, 18 ans, a été retenue en Chine pendant 8 mois. Photo: Plan International/Vincent Tremeau

Sung, le frère de Lia, et sa famille. Photo: Plan International/Vincent Tremeau
Sung, le frère de Lia, et sa famille. Photo: Plan International/Vincent Tremeau

Les enfants marchent le long des routes. Province de Ha Giang, Vietnam. Photo: Plan International/Vincent Tremeau
Les enfants marchent le long des routes. Province de Ha Giang, Vietnam. Photo: Plan International/Vincent Tremeau

 

L'action de Plan International

Depuis trois ans, des centaines de jeunes filles ont été kidnappées, et Child Helpline, la ligne téléphonique mise en place par Plan International, a reçu près de 8000 appels liés à ce trafic, en trois ans.

Pour contrer le phénomène, Plan International travaille avec les écoles et les communautés dans la province de Ha Giang (frontalière avec la Chine) pour informer les jeunes filles sur ce trafic de jeunes mariées. Avec la Blue Dragon Children's Foundation et Hagar International, nous joignons nos forces pour encourager les autorités à pousser les recherches pour les jeunes filles disparues, les aider à se reconstruire, et punir les responsables de ces enlèvements.

    AIDEZ-NOUS À OFFRIR UN AVENIR MEILLEUR AUX JEUNES FILLES

    Le Parrainage Plan permet à de nombreuses filles d'éviter le mariage précoce, comme Radha, ancienne Filleule Plan au Bangladesh. Vous aussi, vous pouvez lutter contre le mariage précoce en parrainant un enfant.

     

    VOUS SOUHAITEZ EN LIRE PLUS?

    Cet article vous intéresse? Partagez-le!