L’Amerique latine est durement frappée par la pandémie. Partout, les communautés font face à des situations de crise aigüe. Voici comment nous les aidons.

Répondre à l'urgence

Nous épaulons les autorités, acteurs de terrain, écoles et infrastructures de santé pour freiner l’épidémie et renforcer la résilience. Au Nicaragua, Paraguay, Brésil, Haiti et ailleurs, nous distribuons massivement des kits sanitaires (masques, solutions anti-bactérielles), rations ou bons alimentaires, semences pour potager, serviettes et matériel hygiénique de première nécessité. En Equateur, où 42,000 rations alimentaires et 5,000 kits sanitaires ont été délivrés, nous soutenons aussi l'entrepreneuriat féminin pour la fabrique de 30,000 masques.

J’ai été infectée après 2 mois de travail à l’hôpital. J’ai dû m’éloigner de ma famille qui est partie dans une autre maison et de mes collègues. Ça été très dur. Beaucoup de gens ici n’avaient plus de nourriture et ne savaient pas comment faire. Ils gagnent leur vie au jour le jour et ne pouvaient plus sortir travailler. Plan International est la seule ONG ici. Elle ne nous a jamais abandonné, en particulier les familles et les enfants. Merci à eux et à tous les Parrains et Marraines.

Veronica, Bolivie

 

Informer et équiper

Nous menons des campagnes d’information pour l’adoption des bons réflexes sanitaires et formons des volontaires chargés de diffuser ces messages. Au Guatemala, par exemple, c’est plus de 100,000 personnes qui ont été touchées par nos communications sur les réseaux sociaux. Au Salvador, en Colombie et République Dominicaine, nous apportons du matériel médical à des dizaines d’hôpitaux, centres de soins régionaux ou centres d’accueil pour migrant.e.s.

Nous avons été touchés par la pandémie et puis par la tempête tropicale Amanda. Ma maman a perdu son travail à cause du COVID. Comme c’était notre seul revenu, nous sommes très heureux que les gens de Plan International soient là. Vous ne savez pas à quel point vous nous avez aidés. Nous en avions vraiment besoin. Merci !

Brandon, Salvador
Les enfants reçoivent de la nourriture.

 

Pour que l'école continue

La fermeture des écoles a dramatiquement réduit l’accès à l’éducation, en particulier dans les campagnes où l’accès à internet est limité.  Au Pérou, nos équipes ont fourni des formations et du matériel pédagogique aux enseignant.e.s sur des supports digitaux. Ceux-ci peuvent ainsi aisément les diffuser et les utiliser à distance avec leurs classes. Les 90 systèmes de haut-parleurs que nous avons déployés dans des villages coupés du réseau permettent à présent aux enfants de suivre la classe par la radio. 

En Equateur, nous avons distribué près de 100,000 guides d’auto-apprentissage pour étudiants issus des populations indigènes, dans leur propre langue. Au Paraguay, en Colombie, en République Dominicaine, Honduras et d’autres pays, nous équipons les écoles et les familles avec du matériel pédagogique et récréatif pour permettre aux enfants de continuer leur développement et leurs apprentissages.

Dans ma communauté les filles aident plus leurs mères dans le ménage qu’avant où elles passaient la moitié de chaque journée à l’école.  Ce sont surtout les filles qui font le ménage parce que les hommes disent toujours « C’est un travail de femmes ». Grâce à Plan, je peux me battre pour l’égalité des genres au sein de ma communauté. Je lance un message : « Nous les filles, nous sommes fortes. Nous avons fait grandir le Paraguay dans le passé et nous le ferons encore ! »

Yenifer, 13 ans, Paraguay
Une fille étudie à la maison.

 

Prévenir les violences

Le confinement a des effets aggravant sur les violences domestiques. En particulier les violences sexuelles, dont 70% surviennent dans l’environnement familial. Conséquence dramatique: une augmentation des grossesses précoces. Partout, nous avons renforcé nos actions de prévention. Déployées dans tous les pays où nous sommes présent.e.s, nos grandes campagnes d’information favorisent la détection des risques au sein des communautés et des familles. En équateur, nos messages ont ainsi  atteint 250,000 personnes via les réseaux sociaux et 40 radios communautaires.

Au Paraguay, nous équipons les conseillers de terrain pour qu’ils assurent à distance le monitoring et la prévention, et puissent intervenir rapidement en cas de violences détectées sur des enfants ou des adolescent.e.s. Nous avons aidé les autorités boliviennes à évaluer la situation et formé des fonctionnaires à la prévention. Rien qu’en Colombie, nous avons fourni à près de 1,700 familles un soutien psychosocial afin de prévenir les situations de violence. Au Nicaragua, au Salvador et ailleurs, nous associons aussi activement les filles, adolescentes, jeunes femmes, jeunes hommes et autorités locales à nos efforts de sensibilisation.

Merci à Plan International qui a toujours été là pour soutenir ma famille. Je suis contente d’avoir aidé pour la livraison de nourriture et de kits hygiéniques à des familles en difficulté. Pendant le confinement, j’ai aussi pu faire passer des messages de protection contre les abus aux garçons, filles et adolescents via mes comptes sur les médias sociaux.

Barbara, 43 ans, Ecuador

Cet article vous intéresse? Partagez-le!