« Dans notre communauté, les garçons vont plus à l’école que les filles. Moi, je pense que les filles aussi font partie de la société et qu’il faut nous permettre de participer. » Diarra, 20 ans

L'éducation est un droit fondamental !

Une éducation inclusive et de qualité, dès le plus jeune âge, contribue à une plus grande égalité entre les garçons et les filles et au développement durable : citoyenneté active ; respect des droits humains ;  croissance économique, sociale et inclusive ; réponses aux défis du changement climatique ; consolidation de la paix ; etc.

Pour les filles qui bénéficient d'une éducation de qualité, les avantages sont très clairs : elles jouent un rôle plus actif dans leur communauté ; elles peuvent décider elles-mêmes de leur corps et de leur vie, par exemple avec qui elles se marient ou non, ou avec lesquels elles ont des relations (sexuelles) ; elles deviennent mères plus tard, ont moins d'enfants et envoient également leurs enfants à l'école plus souvent ; ...

« Je donne cours d’éducation physique. Lorsque les filles voient qu’une femme enseigne le sport, elles deviennent courageuses. Elles se disent qu’elles aussi sont capables d’apprendre et de faire du sport.

Mme Ndeye Ami Sene, Professeure d'éducation physique

 

L’éducation est un élément-clé pour renforcer la situation et la condition des filles afin qu’elles puissent apprendre, décider, diriger et s’épanouir.

Ensemble pour l'éducation. Signe la pétition

 

Cependant, les chiffres montrent que de nombreux enfants dans les pays en développement n'ont pas la possibilité d'aller à l'école et que ceux qui en ont eu l'occasion ne finissent pas souvent leurs études. En outre, souvent la qualité de l’enseignement est insuffisante. Au Niger, seul un enfant sur dix qui termine l’école primaire dispose du niveau attendu en lecture et calcul.

Ce sont souvent les filles qui sont les premières à rencontrer des obstacles sur le chemin de l'école. En Afrique subsaharienne, seulement 1 fille sur 4 termine ses études secondaires ... avec pour conséquence une future instabilité financière. Leur éducation est rendue difficile ou impossible, principalement dès l'adolescence, par les normes sociales, la discrimination fondée sur le sexe, la violence sexiste, les mariages d'enfants et les grossesses précoces, ou le manque d'infrastructures scolaires et d'installations sanitaires adaptées à leurs besoins et facilement accessibles.

« Après la dernière année primaire, beaucoup de filles quittent l’école à cause des mariages précoces ou des travaux domestiques. Pourtant, elles ont, comme les garçons, droit à l’éducation. » Mr Ousseynou Fall, directeur

Mr Ousseynou Fall, directeur

 

Ne laissons personne sur le côté !

La situation vulnérable des filles dans les situations d'urgence mérite surtout une attention particulière. En 2015, 39 millions de filles ne sont pas allées à l'école en raison de conflits ou de catastrophes naturelles.

Les conséquences du changement climatique, ont également un impact plus important sur les filles. Les filles sont, par exemple, retirées de l'école pour accomplir des tâches ménagères ou agricoles, ou encore pour être mariées.

 

 

Cet article vous intéresse? Partagez-le!