Il y a plus de 50 groupes ethniques au Vietnam, qui parlent des langues uniques en Asie du Sud-Est. Ces groupes, vivant dans des régions montagneuses reculées, n'ont pas toujours accès à une éducation de qualité et sont très vulnérables aux effets du changement climatique. Plan International Belgique, en collaboration avec ses partenaires, veille à ce que les enfants de ces groupes ethniques aient la possibilité de se développer dès l'enfance, mais aussi d'apprendre à se protéger et à protéger leurs familles contre les effets du changement climatique.

 

Une approche qui fonctionne

Dans les districts montagneux de Sin Ho (dans la province de Lai Chau) et de Kon Plong (dans la province de Kon Tum), l'accès à une éducation de qualité pour les enfants de minorités ethniques est souvent limité. De plus, ils/elles ne sont pas bien préparé(e)s aux catastrophes naturelles croissantes et aux conséquences du changement climatique dans ces régions.

Ce programme de Plan International Belgique et de ses partenaires vise à changer la donne. Dans ces districts, les jeunes enfants, filles et garçons, peuvent désormais rejoindre des groupes de jeu ou aller à l'école maternelle pour y jouer et apprendre. Les parents bénéficient également d'un soutien pour pouvoir aider leurs jeunes enfants à se développer pleinement et leur offrir de meilleures opportunités. Quant aux élèves du primaire et du premier degré du secondaire, ils.elles apprennent déjà de manière ludique à faire face aux effets du changement climatique et proposent eux/elles-mêmes des solutions.

Les schémas traditionnels et les stéréotypes de genre sont toujours bien présents dans la société vietnamienne. C’est pourquoi le programme est très attentif à la dimension du genre : Plan International veille, par exemple, à ne pas confirmer les rôles stéréotypés des filles et des garçons, à encourager les pères à s'engager dans l'éducation de leurs jeunes enfants et à renforcer les filles et les jeunes femmes dans leurs rôles de leaders. Ces initiatives se passent en collaboration avec la très influente Vietnam Women Union.

Une fille écrit au tableau, les autres étudiants la regarde

 

Qu'avons-nous réalisé ?

  • 40 groupes de jeu ont été mis en place pour les tout-petits (moins de 3 ans). Chaque mois, leurs parents se réunissent pour en apprendre plus sur le développement et la protection des jeunes enfants.
  • 745 enfants âgé(e)s de 4 à 8 ans participent à des groupes de jeu et de lecture, qui les préparent à l'école primaire.
  • 218 bénévoles locaux/ales ont suivi une formation pour accompagner les groupes de jeu et de lecture.
  • 3.484 enfants peuvent jouer et apprendre dans des locaux adaptés et sûrs.
  • 22 écoles primaires et secondaires ont élaboré leur propre plan d'action sur base du dossier pédagogique 'Safe Schools', avec lequel elles se préparent aux effets du changement climatique. On y réfléchit également à la manière dont les conséquences des catastrophes naturelles pourraient être réduites, et on s'y entraîne à réagir de manière optimale en cas de catastrophe.
  • 216 bénévoles locaux/ales, 476 enseignant(e)s et 20 groupes d'élèves ont déjà été formé(e)s à la méthode ‘Safe Schools’.
  • Tu souhaites plus d’informations au sujet de notre impact ? Lis notre rapport annuel.

 

Des partenaires locaux solides

Pour ce projet, Plan International Belgique a collaboré avec les partenaires locaux Vietnam Women Union et Live & Learn.

Cliquez ici pour plus d’informations sur nos partenaires.

Financement durable

Ce projet bénéficie du soutien de la Coopération belge au développement et des donateurs et donatrices fidèles de Plan International Belgique.

Cet article vous intéresse? Partagez-le!