Contexte

Dans les communautés quechuas et aymaras des zones rurales isolées, beaucoup d’enfants en âge d’aller à l’école primaire n’y sont pas bien préparé.e.s car ils.elles n’ont pas suivi d’enseignement préscolaire. De plus, l’absence de services publics adéquats pour la petite enfance et le manque d’informations des familles nuisent à leur développement physique et mental. Et même à l’adolescence, il y a moins d’aménagements à leur disposition à la campagne. L’enseignement secondaire est souvent mal adapté à une transition vers le monde professionnel.

L’éducation des filles est aussi compromise en raison des violences basées sur le genre, les stéréotypes de genre et en particulier les grossesses précoces. En effet, 25% des adolescentes deviennent mamans avant 19 ans, un taux souvent plus élevé dans les zones rurales et qui s’explique par le manque d’informations des adolescent.e.s sur leurs droits sexuels et reproductifs.

Quel est notre impact?

  • ​​​​​Plan International organise 32 locaux d’enseignement préscolaire et du matériel éducatif est créé dans la langue locale.
  • Plan International sensibilise les communautés aux pratiques favorisant le bon développement des tout-petits lors d’événements locaux, de formations et par des émissions de radio.
  • Des visites à domicile sont organisées pour évaluer le développement des enfants et conseiller tant les mamans que les papas pour s’occuper de leurs bébés.
  • Les familles apprennent à cultiver leur potager et reçoivent du matériel, comme des graines et équipement pour aménager de petites serres, pour garantir une alimentation saine et variée à toute la famille.
  • Plan International soutient la mise en œuvre de la réforme éducative par l’organisation de formations techniques (ex. gastronomie, tourisme et mécanique) pour que les adolescent.e.s puissent décrocher un job après leurs études.
  • Les jeunes reçoivent un soutien pour définir leur projet de vie et suivent des workshops pour développer leur leadership et pour s’informer sur leurs droits sexuels et reproductifs et l’égalité des genres.
  • Les étudiant.e.s sont aussi formé.e.s à l’école en production audiovisuelle (émissions de radio, création de flyers, etc.) pour sensibiliser leurs camarades à ces thématiques ainsi qu’en plaidoyer pour plaider auprès des autorités locales en faveur d’un enseignement secondaire inclusif et de qualité.
Certaines filles à l'école

Investir dans les jeunes enfants, c’est investir dans l’avenir.

Les 5 premières années d’un enfant sont les plus importantes. C’est pendant les premières années de vie que le corps et le cerveau se développent le plus. Les gardiennes et maternelles préparent les enfants aux primaires, puis aux secondaires et puis vers une vie épanouie. Conscient de l’importance de l’éducation, nous investissons très tôt dans le développement des enfants pour qu’ils.elles puissent:

  • S’éveiller et grandir en bonne santé

  • Se préparer à l’école primaire en s’amusant

  • S’exprimer, défendre leurs droits et définir un projet de vie

L’éducation est un droit fondamental auquel tous les enfants devraient prétendre, malheureusement encore trop d’enfants dans le monde n’ont pas cette opportunité. Investissez avec nous dans l’éducation et offrez leurs un meilleur avenir.

* Votre contribution soutiendra ce projet ainsi que les autres projets de plan international Belgique pour lesquels les besoins des enfants et des jeunes sont les plus urgents. Nous vous remercions de votre confiance.