Toutes les filles doivent faire leurs propres choix. Elles doivent pouvoir décider si, quand et avec qui elles veulent fonder une famille. Toutes les filles doivent pouvoir bénéficier d'une information sexuelle complète et de soins de santé de qualité. Les filles doivent en tous temps être protégées contre les pratiques néfastes pour leur développement comme les mariages précoces et l'excision. Illustration: Plan International / Bart Behiels

Au décès de mon père, ma sœur et son mari ont décidé que j’épouserais un inconnu. J’avais 14 ans. Ils m’ont kidnappée pour me marier de force… Me marier et rester à la maison au lieu d’aller à l’école, je ne pouvais pas l’accepter. Je me suis enfuie.

Radha, 21 ans, Bangladesh

Commander sa vie et son corps

Qui pose les choix concernant votre corps? Qui décidera si, quand et avec qui vous ferez votre vie et fonderez une famille? Vous et seulement vous? C’est ce que nous vous souhaitons. Car chacune et chacun a le droit de faire des choix libres, sans subir de pression, de discrimination ou de violence. Les droits sexuels et reproductifs vont de pair avec le droit à la survie, à la vie privée, à l’information.

Plan International investit dans l’éducation sexuelle et des soins de santé adaptés aux besoins des adolescent-e-s. Pour que filles et garçons sachent comment se protéger contre les grossesses précoces, les infections sexuellement transmissibles et l’abus sexuel. Pour que les jeunes construisent des relations aussi affectueuses que respectueuses, au bon moment.

Je suis enceinte de 3 mois. C’est ma décision d’avoir un mari. J’étais heureuse avec mes parents et je le suis avec lui, même si je ne peux plus avoir d’autre projet dans ma vie. Si je pouvais, je dirais aux autres filles de ne pas avoir un enfant avant d'être prêtes.

Jenifer, 14 ans, Equateur

Le saviez-vous?

  • Dans le monde, les grossesses précoces et l’accouchement sont la deuxième cause de décès parmi les adolescentes. 
  • Chaque minute, 28 mineures sont mariées de force.
  • Plus de 200 millions de filles et de femmes portent les séquelles d’une mutilation génitale.

Pour faire reculer ces pratiques néfastes pour la santé et la vie des filles, Plan International investit avant tout dans leur éducation et leur formation professionnelle. Nous donnons aussi des connaissances et des compétences aux jeunes pour bien vivre leur sexualité, adaptons les services de santé à leurs besoins.

Là où les pratiques culturelles et traditionnelles jouent un rôle important, nous établissons le dialogue entre chefs coutumiers et religieux, autorités locales, parents, jeunes, ou encore exciseuses, afin que les communautés décident ensemble de respecter les droits des filles.

Stop aux mariages d'enfants

J’ai gardé une déchirure de mon accouchement, une fistule. Mon bébé est mort à la naissance et mon mari m’a abandonnée car je perdais de l’urine à cause de ma blessure. J’ai décidé de vendre tout ce que j’avais et de partir. Je croyais que les femmes ne pouvaient pas avoir de métier et se débrouiller toutes seules, mais aujourd’hui j’apprendre à lire, à écrire et à coudre.

Aïssa, 16 ans, Niger

Notre lutte contre le mariage précoce est particulièrement intense car celui-ci a de graves conséquences sur la vie des filles: grossesses précoces, déscolarisation, violence, pauvreté...

Au Niger, par exemple, Plan International Belgique combat les mariages d’enfants en donnant à des filles et des jeunes femmes comme Aïssa la possibilité d’accéder aux soins de santé et à la formation professionnelle.