C’est un bonheur d’éduquer mes enfants avec leur maman. Ça n’a pas toujours été facile parce que je n’ai jamais appris à m’occuper d’un petit. On m’a toujours dit que c’était pour les ‘filles et les femmes’. Quand je suis devenu papa, j’avais peur de mal m’y prendre. Maintenant, je suis plus à l’aise avec le bébé.

José Luis, 35 ans, Bolivie 

Dès la naissance, un bébé demande des soins, des mots, des jeux. Trop souvent, les tout-petits manquent d’attention. Les parents sont pris par la routine du quotidien, du champ au marché, du marché au champ. Souvent, les filles reçoivent moins d’attention que les garçons. Parce qu’ils comptent plus dans la société traditionnelle bolivienne.

Avec l’appui de Plan International et ses partenaires des provinces de Chuquisaca, Tarija, La Paz et Santa Cruz, les parents, les équipes pédagogiques et les autorités donnent des bases égales aux enfants – filles et garçons. 
 

En soutenant ce projet, vous aidez les petites filles boliviennes à ...

...s’éveiller et grandir en bonne santé

Prendre soin des enfants, c’est l’affaire des mamans. Vrai, mais pas seulement. C’est tout autant l’affaire des papas. Encore faut-il savoir comment. Quels aliments feront grandir bébé après l’allaitement? Quels mots, quels gestes nourriront le mieux son corps et son esprit? Que faire pour le consoler, le rassurer quand il pleure et l’éduquer sans violence?

Des milliers de parents et autres adultes responsables d’enfants de moins de 8  ans en Bolivie trouvent des réponses à ces questions en participant aux ateliers de Plan International. Papas et mamans y apprennent aussi à cultiver les meilleurs aliments pour leurs bambins dans des jardins potagers familiaux.

...se préparer en s'amusant à l’école primaire

C’est pendant les premières années de vie que le corps et le cerveau se développent le plus. Le jardin d’enfants prépare les jeunes pousses à l’école primaire, puis secondaire, et puis plus loin encore, vers une vie épanouie.

Pour que la santé, l’éveil et la protection des filles et garçons de 0 à 8 ans soit une priorité, Plan International développe des manuels et des formations à l’attention des instituteurs et institutrices des écoles maternelles boliviennes. Nos équipes influencent aussi les politiques et les budgets dédiés à l’éducation pré-primaire.

... avoir les mêmes chances que les petits garçons 

Quand les fillettes ont les mêmes possibilités de s’exprimer, d’avoir confiance en elles et de se défendre contre les violences que les garçons, elles arrivent au seuil de l’école primaire le buste gonflé à bloc.

Plan International organise des campagnes d’information et des animations dans les villages pour que les mentalités changent vers plus d’égalité.

J’aime bien jouer et chanter avec les filles au jardin d’enfants, c’est très amusant. La maîtresse m’a appris beaucoup de choses. Quand je suis arrivé à l’école, je n’avais même pas peur…

Rosario, 8 ans, Bolivie

Soutenez nos projets en Bolivie