Ma voisine m’a raconté qu’un homme dans un bus bondé s’est masturbé et a éjaculé sur elle. Plus tard, son copain lui a dit que c’était sa propre faute, parce qu’elle portait un jean trop serrant.

Elina, 14 ans

En Équateur, le harcèlement et les violences sexuelles font partie du quotidien. Le sexisme ambiant à Nueva Prosperina, une banlieue de la ville de Guayaquil, limite énormément la liberté de mouvement des filles. Les grossesses précoces sont fréquentes, par manque d’informations, de services et de contraception pour les adolescents. Mais toujours plus de jeunes s'y opposent. Des travailleurs sociaux et partenaires très engagés de Plan International Équateur les inspirent dans leurs tentatives de faire changer la société de l’intérieur. Vous pouvez appuyer ces efforts en soutenant le Girls Fund.

Ce projet aide les filles en Équateur à…

… lutter contre le harcèlement sexuel et les violences sexistes

À Nueva Prosperina, les jeunes de 12 à 18 ans rejoignent des clubs de jeunes et apprennent, via des ateliers, à réfléchir et à parler du harcèlement sexuel et des violences sexistes. Ils puisent dans leurs expériences pour monter des pièces de théâtre, des projets photo et des vidéos engageantes qu’ils présentent régulièrement aux gens du quartier pour les sensibiliser.

Les ateliers et activités créatives aident les filles à digérer des expériences traumatisantes. Mais plus important encore: le projet permet à une nouvelle génération d'émerger. Une génération qui dit non au sexisme et à l’humiliation des filles et des femmes. À leur tour, les jeunes activistes s’efforcent d’ouvrir les yeux de leur entourage pour faire reculer les violences envers les filles.

En outre, les jeunes mettent en œuvre leurs nouvelles connaissances et compétences pour exiger des autorités locales qu’elles luttent davantage contre le fléau du harcèlement et des violences sexuelles.

… battre en brèche les stéréotypes sexistes... avec les garçons!

En Équateur, le sexisme est un immense problème. J’en parle avec d’autres jeunes et j’essaie ainsi de faire changer les choses.

Jhon, 19 ans, jeune activiste de Plan International

À l’origine du harcèlement sexuel et de ces violences se trouvent des clichés bien enracinés. Les garçons et les hommes sont persuadés qu’ils doivent se comporter en vrais machos et conquérir ou même utiliser les femmes. Quant aux femmes, elles se doivent d’être obéissantes et au service de l’homme, tandis que le moindre bout de peau dénudé est associé à un comportement aguicheur.

Par le biais du projet de Plan International, les jeunes de Nueva Prosperina apprennent à réfléchir sur ces normes néfastes basées sur le genre, et à les remettre en question. Nos collègues et partenaires en Équateur s’appuient pour cela sur des jeunes – dont certains âgés d’un peu plus de 18 ans – qui sont impliqué.e.s depuis un moment. Ce sont les leaders sur qui repose une grande partie du projet et qui sensibilisent à leur tour de nouveaux venus.

… tomber enceintes plus tard

Un autre problème à Nueva Prosperina est le manque criant d’information sur la sexualité. Les jeunes n’ont pas ou à peine accès aux moyens de contraception. C’est pourquoi d’autres ateliers et activités créatives visent à leur en apprendre plus sur leurs droits relatifs à la sexualité, ainsi que sur l’importance des contraceptifs pour éviter les grossesses. Plan International veille en outre à ce que les jeunes aient accès à une aide plus rapide et efficace au sein des centres de santé.

… s'affirmer et oser montrer de l’ambition

Au cours du projet, les jeunes ne travaillent pas uniquement autour de thèmes spécifiques. Ils participent aussi à des ateliers qui leur apprennent à réfléchir, à s’exprimer en toute confiance et assertivité et à adopter un regard positif et ambitieux sur l’avenir.

Avant, j’étais timide. Grâce à Plan International, j’ose exprimer ce que je pense. Il y a peu, j’ai même organisé après les cours un atelier sur l’égalité des droits.

Lady, 19 ans, jeune activiste de Plan International

Soutenez nos projets pour les filles