Le projet de tissage est important pour moi. C’est une tradition très ancienne dans ma communauté. Tisser me rend fière et me donne l'occasion de confectionner mes propres jupes. Je vends ce que je produits en plus. Maintenant, j’ai le choix, je ne suis plus obligée de travailler à la plantation de bananes.

Phin, 24 ans, Laos

Au Laos, pays en pleine transition économique, d’immenses plantations commerciales voient le jour. Dans la province de Bokeo, ce sont les bananes que des familles entières font pousser. Longues journées de travail, produits toxiques pour la santé... les familles sont trop peu informées des droits du travail pour se protéger.  Plan International accompagne les filles et les femmes des communautés ethniques vulnérables et leur donne des alternatives de travail décent, avec l’appui d’associations et du gouvernement local. 

En soutenant ce projet, vous aidez les jeunes filles et femmes au Laos à...

…choisir le tissage traditionnel, un métier décent

Pour les familles qui ont de nombreuses bouches à nourrir, les plantations ont des airs d’Eldorado. Elles migrent par dizaines attirées par la promesse d’un revenu stable. Sur place, c’est parfois la désillusion. Les journées des femmes sont longues et fatigantes. Au retour de la plantation, il faut assumer repas, lessive et autres tâches domestiques quotidiennes.

Plan International encourage les femmes à se regrouper autour du métier à tisser traditionnel. En apprenant à maîtriser cet art emblématique de leur culture, elles ont le choix de gagner leur vie hors des plantations. Les revenus de la fabrication des jupes traditionnelles sont investis dans l’éducation et la santé des enfants. Une voie vers l’autonomie qu’elles apprécient et qu’elles peuvent transmettre à leurs filles.

...se protéger des risques du travail à la plantation de bananes

Toutes les femmes ne peuvent ou ne veulent pas devenir tisseuses traditionnelles. Certaines restent  à la plantation pour la garantie d’un revenu familial. Plan International organise des spectacles de théâtre en langues traditionnelles et avec des enfants qui les éveillent à leurs droits et leur permettent d’éviter les effets néfastes des produits chimiques sur leur santé.

Plan International produit des émissions radio sur des questions concrètes: comment éviter la diarrhée et la fièvre dengue? Quel matériel utiliser pour se protéger des produits toxiques? Comment garder sa maison et sa cour propres? Où envoyer les petites filles et les petits garçons à l’école? Les thèmes des émissions programmes radiophoniques sont approfondis en petits groupes. Une prise de conscience naît et éveille les familles à ce qui est important pour leur bien-être.

C'est risqué de travailler à la plantation de bananes pour les femmes, en particulier celles qui sont enceintes. Comme moi, quand j'aidais mon mari à pulvériser l'herbicide. Maintenant, je réalise que c’était très dangereux pour le bébé. Je laisse mon mari le faire, avec du matériel sécurisé. 

…préparer leurs enfants à l'école primaire

Dans la région où Plan International mène ses actions, 4 enfants sur 10 n’ont pas accès à l’enseignement maternel. Ni formel, ni informel. Beaucoup décrochent en première primaire. Principalement en cause: une connaissance limitée du lao, qui est la langue utilisée en classe. Ce phénomène touche davantage les enfants des minorités ethniques, les filles en particulier.

Plan International veut faciliter l’accès et la préparation à l'éducation des minorités ethniques avant l'école primaire en ouvrant de nouveaux espaces de jeu et d'apprentissage dans 10 villages de la province de Bokeo. Avec nos partenaires, nous formons des volontaires à transmettre savoirs et compétences aux tout-petits. Nos équipes suivent l'évolution de 300  enfants et leurs parents tout au long du projet, sensibilisent la population et fournissent le matériel pédagogique nécessaire.

Soutenez nos projets au Laos