Au Bénin, 1 fille sur 3 est mariée avant 18 ans et les grossesses des adolescentes sont monnaie courante. Cette situation a de lourdes conséquences sur leur santé et leur avenir. L’épargne, le microcrédit et le sport aident les adolescentes béninoises à renverser la tendance.

Les mariages précoces et forcés et les grossesses précoces restent très répandus dans l’Atacora en raison de la pauvreté et du manque d’informations. On marie les filles pour alléger le fardeau économique de la famille ou parce que c’est la tradition. Elles tombent enceintes parce qu’elles ne savent pas comment l’éviter et n’ont pas appris à dire ‘non’. Dans un contexte économique et culturel sensible, les changements sont lents mais possibles. Plan International Belgique et ses partenaires locaux, les ONG béninoises FEE-Développement et GADEC, adoptent des stratégies appropriées et innovatrices.

Quand Plan International a commencé le projet, ma mère a compris que c’était sérieux. Je lui ai expliqué qu’au-delà du football, il y avait aussi des ateliers qui nous parlent de reproduction et nous apprennent à dire ‘non’. Pour moi, une vraie femme leader est celle qui pense positivement, encourage les autres à penser positivement et surmonte les obstacles. J’ai besoin qu’on m’encourage afin que je puisse montrer aux autres filles que, même si elles ne le savent pas encore, elles sont aussi des femmes leaders.

Adeline, 17 ans, participe au projet de Plan International Belgique

En 2016, Plan International Belgique et ses partenaires ont permis à 476 adolescentes de choisir une vie indépendante grâce à l’épargne, au microcrédit et au sport dans l’Atacora, au Bénin.

Résultats 2016

  • 200 mères adolescentes non scolarisées s’organisent en Associations d’épargne et de crédit pour jeunes et récoltent des fonds pour démarrer de petits commerces.
  • 276 filles s’organisent en clubs de foot et débattent après les entraînements de leurs droits sexuels et reproductifs.
  • Toutes les filles ont brisé le tabou des mariages forcés et des grossesses précoces et savent comment s’en protéger. Elles dialoguent sur ces sujets avec leurs pairs et dans la communauté.
  • Les filles, appuyées par les garçons, interpellent leurs parents et les autres adultes. Ceux-ci deviennent leurs alliés pour leur permettre de dire ‘non’ et de faire leurs propres choix.

Comment y sommes-nous parvenus?

  • Le renforcement des connaissances et des compétences des filles sur leur vie sexuelle et affective, à travers l’épargne, la microentreprise et la pratique du football.
  • L’implication des services sociaux, armés pour transmettre l’information correcte, complète et libérée des tabous, aux adolescents et adolescentes.
  • Le soutien aux filles impliquées pour développer leur confiance en elles et leurs aptitudes à prendre la parole en public et devenir des leaders d’opinion.

Financement

Ce projet est financé grâce au soutien de Brussels Airlines et aux donateurs de Plan International Belgique qui investissent dans l’avenir des filles.

B.Foundation